Contre ventres et marées (de larmes)

Femme au ventre rond

Si vous avez eu un enfant récemment ou si vous êtes maman, cet article va sûrement vous parler ou vous rappeler des souvenirs parce qu’aujourd’hui, je m’en vais vous parler de nos formes post-accouchement. Ce sont les larmes d’une proche qui m’ont donné envie d’écrire à ce sujet… J’espère qu’elle se reconnaîtra et surtout que ces quelques lignes lui remonteront le moral… à elle et peut-être à d’autres qui sait ? Parce que clairement, on est très nombreuses à être passées par là.

Au commencement, il y a THE super nouvelle : « Je suis enceinte ». Bon ok… Pour certaines, cela s’accompagne aussi de quelques nausées et autres désagréments bien sympathiques, mais passons… Débutent alors neuf mois pendant lesquels notre corps se modifie : les boobs qui passent du format oranges au format pamplemousses, voire pastèques, la chevelure soyeuse façon conte de fée, la peau sèche qui tiraille, Bébé qui refait la déco à l’intérieur (et vas-y que je te pousse cet abdo par ci… et ce truc-là par là…) ou qui confond notre vessie avec une balle anti-stress… Et puis il y a surtout ce ventre qui s’arrondit au fil des mois : ce ventre qu’on cache tant bien que mal pendant le premier trimestre puis qu’on arbore fièrement les mois qui suivent. Avant de tomber enceinte, on en a pourtant souvent voulu à ce ventre qui nous empêchait de porter des jupes crayon taille haute façon Meghan Markle dans Suits… Mais là, qu’est-ce qu’on l’aime ce ventre rond qui est devenu le cocon douillet de notre futur bébé. On le caresse, on le guette, posant notre main dessus à l’affût d’un petit coup de pied, on l’observe dans le miroir, on le prend en photo… (On s’en sert comme plateau repas devant la télé ?) Pendant la grossesse, ce ventre nous rend spéciales aux yeux du monde et à nos propres yeux.  Personnellement, je fais partie de ces femmes qui ne se sont jamais senties aussi belles qu’avec leur gros ventre. Même les allusions et autres comparaisons à des mammifères marins ou animaux à trompe sonnaient à mes oreilles comme des compliments. Mais après cette période de plénitude, le changement n’est pas toujours évident à gérer…

Rachel à la maternité dans la série Friends, entourée de ses amis

Après la naissance, il y a bien sûr l’émotion et le bonheur d’accueillir notre enfant et de devenir mère, de voir notre moitié galérer avec les changements de couche, les premiers bains, les premiers peau-à-peau, les premières régurgitations (et pire encore). Mais il y a aussi parfois des difficultés à se retrouver en tant que femme. On aurait aimé qu’à la naissance, notre ventre reprenne sa forme originelle, façon Rachel dans Friends, mais pour la plupart d’entre nous, ce n’est pas le cas hélas. Il a fallu 9 mois à notre ventre pour prendre cette forme, il faut accepter qu’il lui faudra aussi un peu de temps pour se remettre. On n’est plus enceintes mais on n’est plus non plus la femme qu’on était avant. Les vêtements de grossesse sont trop grands mais nos vêtements d’avant ne nous vont plus. Résultat, on se sent juste « grosses »… Je l’ai répété un nombre incalculable de fois à mon chéri dans les semaines qui ont suivi la naissance de mon fils. Lever : « Je suis grosse » (après vérification en règle dans le miroir bien sûr, des fois que j’aurais dégonflé dans la nuit), petit-déjeuner : « Je suis grosse », déjeuner : « Je suis grosse », dîner : « Je suis grosse »… Et puis il y a ce moment où il faut s’habiller pour sortir ou pire voir des gens et alors là le « Je suis grosse » se transforme en « Je suis énorme, j’ai rien à me mettre », avec l’appréhension du regard des gens. J’en ai versé des larmes moi aussi, me sentant mal à l’aise dans mon propre corps.

Bien sûr, j’ai pu compter sur le soutien de mes proches. Mon chéri n’a cessé de me répéter « C’est normal, tu viens d’avoir un enfant, il faut te laisser du temps pour récupérer », ma maman aussi « Ne t’en fais pas, tu as le temps, tu retrouveras ta silhouette ». Ils avaient raison mais pour autant, je ne les entendais pas. Avec le recul sur tout ce qui s’est passé et mon expérience, voici ce que j’aimerais dire aux femmes qui traversent actuellement cette phase pas facile-facile :

  • Remerciez votre corps

Vous venez de vivre une aventure de gue-din ! Une grossesse avec tout ce que ça implique, des contractions, un accouchement (pas toujours une partie de plaisir), l’allaitement pour celles qui en ont eu envie et qui ont pu, des montées de lait, des douleurs, des débordements d’hormones, une rééducation du périnée, du stress, des angoisses, un baby-blues, des nuits agitées voire inexistantes… (J’ai eu la gentillesse de vous épargner les incontinences urinaires et autre crises hémorroïdaires, je suis sympa quand même) Prenez déjà le temps de vous remettre de toutes ces émotions et foutez la paix à votre corps. Soyez même reconnaissante à son égard, il vous a quand même permis de fabriquer ce tout petit être qui vous comble d’amour.

  • Soyez fières de vous !

Si votre cape d’allaitement ne fait pas de vous Super Woman, vous êtes quand même une sacrée nana ! Vous pouvez être fières de vous pour tout ce que vous venez d’accomplir.

  • Le temps est votre allié

Votre corps aussi a besoin de récupérer ! Vous avez déjà perdu un peu de poids à la naissance : le poids de bébé, le placenta (miam…), le liquide amniotique (re-miam), etc. Quand votre gynéco vous donnera votre billet pour la rééducation du périnée, demandez-lui aussi de vous prescrire des séances de rééducation abdominale. Non seulement ça peut aider à retrouver ses formes, mais en plus ça permet de s’accorder un peu de temps pour une activité physique adaptée et encadrée par un kiné. Bonne nouvelle, il paraîtrait même que l’allaitement brûle des calories (mais ce n’est pas une obligation, l’objectif reste toujours de faire les choses telles qu’on les ressent et si on les ressent). La nature étant bien faite, elle nous fait stocker de la graisse pour que le lait maternel soit nutritif pour notre bébé. N’en voulons donc pas à ces quelques bourrelets qui nous permettent de nourrir bébé. Une fois l’allaitement terminé (ou pas mis en place), votre corps comprendra qu’il peut déstocker. Et quand viendra le temps de reprendre le travail, le changement de rythme (autrement dit le début de la folle course du quotidien) pourra aussi vous permettre de brûler quelques graisses. La perte de poids ne se fait pas du jour au lendemain mais elle finit par se faire. Ne vous culpabilisez pas, chaque chose en son temps…

  • Ne vous comparez pas !

On a toutes une copine, une sœur, une collègue ou autre qui est sortie de la maternité plus légère qu’avant sa grossesse. On a le droit de la détester, si si je vous jure ! Grand bien leur fasse mais hélas cela n’est pas le cas de la majorité des femmes. Cela n’arrive qu’aux femmes parfaites et vous savez ce que j’en pense ! Piqûre de rappel -> L’article La Femme parfaite est une connasse

  • Profitez !

Un jour, vous repenserez à ces premières semaines, premiers mois avec votre bébé et vous serez nostalgiques car ce n’est pas à votre ventre que vous penserez mais plutôt à toutes ces premières fois vécues avec votre bébé et votre moitié. Ces premiers instants passent vite, ne les gâchez pas en vous torturant l’esprit. Pouponnez, cajolez, calinez, bisoutez… Profitez de ces instants hors du temps que vous ne vivrez qu’une fois avec votre enfant.

  • Vous êtes belles !

Dernier point et le plus important : vous êtes belles ! Ces quelques kilos supplémentaires n’ont pas changé la personne que vous êtes. Et vous êtes belles. A chaque fois que vos yeux se posent sur votre bébé, vous avez dans le regard cette étincelle qui vous fait rayonner et qui pourrait rendre jalouses les plus belles femmes du monde. Et il suffit de regarder votre moitié vous observer pour s’apercevoir que lui non plus ne vous a jamais trouvé aussi belle !

Bref, vous l’aurez compris, nombreuses sont les jeunes mamans à passer par cette étape parfois compliquée… C’est un fait, un enfant, ça change la vie… et aussi le corps. Mais ce n’est qu’une étape et si on a envie de perdre du poids, il sera toujours temps d’y penser plus tard et de façon raisonnable ! Il est possible que vous gardiez quelques kilos ou que vous changiez de taille de vêtements mais ne vous focalisez pas sur les kilos en plus, voyez plutôt la dose de bonheur et d’amour supplémentaire que vous apportent votre enfant et votre nouvelle vie de famille. Laissez-vous du temps, remettez-vous de vos émotions et surtout profitez de ces moments uniques.

Vous êtes toutes jolies comme des cœurs !

Je vous invite également à découvrir les photographies de Jade Beall dans le livre The Bodies of Mothers: A Beautiful Body Project. Cette photographe nous montre le corps de vraies mamans, et qu’elles sont belles ! Un aperçu sur le site de Magic Maman.

2 commentaires sur “Contre ventres et marées (de larmes)

  1. Merci pour ce texte rempli de vérités. Même si mon aînée aura 40 ans cette semaine, je m’y suis reconnue, tu avais raison! Ce qu’on doit retenir, c’est ce que tu as écrit à la toute fin: « ne vous focalisez pas sur les kilos en plus, voyez plutôt la dose de bonheur et d’amour supplémentaire que vous apportent votre enfant… » Je partage ce texte avec ma fille et ma belle-fille.

    1. Merci Josée ! Je crois que c’est une période qu’on n’oublie pas car ce sont beaucoup de chamboulements à gérer en même temps dans notre vie de femme. Mais quel bonheur d’être maman. Merci pour le partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *